Plage d'Argelès-sur-mer

Argelès-sur-mer (66)

Plage des Pyrénées-Orientales

Port d'Argelès-sur-mer

Un village désert, aucune âme errante sur la plage d'Argelès-sur-mer.

Telle était cette commune la première fois où je l'ai visitée, en décembre 1982.

J'ignorais alors que j'allais y passer l'essentiel de ma vie ...

Plage d'Argelès-sur-mer en hiver

En trente ans, la population permanente d'Argelès a doublé, dépassant désormais les 10000 habitants.

En été, c'est dix fois plus, avec une concentration sur une plage qui n'a pas d'équivalent en France.


Argelès-sur-mer : un site unique ...

Dans les années 80, la promotion touristique de la station était axée sur cette formule :

En Méditerranée, les Pyrénées ont une plage ...

Il est vrai qu'aucune autre plage du Roussillon ne peut allier des kilomètres de sable au contact des Pyrénées avec le massif des Albères.

A l'autre extrémité des Pyrénées, les plages du Pays Basque ont leur charme ... mais aussi leur humidité.

Des plages de Provence et la Côte d'Azur pourraient rivaliser ... mais l'arrière-pays a été contaminé par une urbanisation galopante.

A dix minutes d'Argelès, par la Route de Lavail, j'ai pénétré pour la première fois le massif des Albères en avril 1983.

Une route à voie unique m'a transporté dans un monde sauvage où peu de promeneurs s'aventurent en dehors de l'été.

Argelès, il faut y vivre de septembre à juin.

Juillet-août, c'est pour les touristes qui font vivre ce pays.

Des milliers de touristes qui ont quitté les embouteillages de leur cité pour s'entasser sur la plage, dans un camping ou un studio ...

Pour avoir vécu 30 ans en région parisienne, je connais leur univers.

Argelès-sur-mer : errants comme des brebis ...

Les promenades solitaires dans les Albères ont accru mon attachement à cette terre.

Cependant, les randonnées dans les Pyrénées catalanes, l'Ariège, les Pyrénées centrales ou les Alpes s'accompagnaient souvent d'un sentiment d'insatisfaction.

Arrivé au sommet ... il ne reste plus qu'à descendre.

La vie est ainsi : croissance, décroissance ... jeunesse, vieillesse ...

Les jambes qui nous portent à 20 ans n'ont plus la même vigueur à 60.

Et l'esprit s'interroge : qu'en sera t-il à 80 ?

Tout ceci a t-il un sens ?

Ne sommes-nous que des poussières d'étoiles animées d'un souffle de vie pour quelques décennies ?

Dès l'enfance, ces questions m'ont tiraillé.

Le processus s'est accentué passé la quarantaine et il a fallu douze ans pour trouver une issue au labyrinthe.

Ce labyrinthe, je l'ai parcouru dans les partis, les syndicats, les associations, les églises et les livres.

Comme beaucoup d'autres en quête de vérité ...

« Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie ... »

Extrait du livre d'Ésaïe (53.6)

Le chemin, la vérité, la vie ...

Existe t-il une ou plusieurs vérités ?

N'y a t-il que des vérités relatives et aucune vérité absolue ?

A moins que ces vérités relatives auxquelles nous pouvons seulement accéder au gré de nos facultés limitées soient des parcelles d'une seule et unique vérité ?

Un soir d'avril 2004, sur la route des crêtes qui domine le littoral du Roussillon et de la Côte Vermeille, je me suis entendu dire :

"Nous sommes là pour avoir le sentiment du Beau, de l'Honnête et du Juste. C'est cela la création de conscience !"

Nous sommes là pour créer de la conscience, mais pas n'importe qu'elle conscience.

Une conscience ancrée dans l'esthétique et l'éthique.

Au terme d'une quarantaine d'années de quête existentielle, la vie prenait tout son sens.

Le plan de route était tracé, le chemin de vérité qui mène à la vie éternelle allait désormais diriger mes pas.

« Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. »

Evangile selon Jean (14.6)


Au-dessus des Albères, dans le soleil couchant, il y avait de la joie en cette soirée d'avril 2004.

Une joie qui n'a certes rien à voir avec les festivités estivales de la plage d'Argelès-sur-mer ...

« Je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance. »

Evangile selon Luc (15.7)

Crépuscule sur les Albères

Qui peut prétendre ne pas avoir besoin de repentance ? Qui peut prétendre être moralement Beau, Honnête et Juste sans aucune ombre au tableau ?

Probablement personne sur cette terre ...

« Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ... » Epître de Paul aux Romains (3.23-24)

Pourtant, Dieu nous offre Sa grâce en effaçant le tableau noir de nos péchés. Comment est-ce possible ?


Evangile selon Jean (3.16) : « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. »

Jésus a payé pour nous en se sacrifiant sur la croix.

Il a payé pour moi, pour les argelésiens, ceux du village, de la plage ou d'ailleurs ... pour QUICONQUE croit en lui !

Alors, pourquoi pas toi ?

Page d'accueil ...